Le Réseau

Petite histoire du Réseau

  • Imprimer

La première bibliothèque de Clamart voit le jour en 1869 rue du Trosy grâce au legs de 200 volumes issus de la bibliothèque personnelle d’Adolphe Schneider. Il affirmait ainsi attacher « autant d’importance au développement des facultés intellectuelles des populations qu’à leurs besoins matériels et estimait qu’avec le pain et les soins, l’instruction était la chose la plus indispensable à l’homme ».

La bibliothèque est alors entretenue au moyen de dons de particuliers en argent et en livres ainsi que par des subventions du Conseil Général. Jusqu’en 1876, la bibliothèque est peu fréquentée. Le Maire de Clamart, Jules Hunebelle (1856-1900), fait don de 336 volumes à la bibliothèque, il fait imprimer et distribuer gratuitement le catalogue des ouvrages qu’elle contient. En 1885, Adolphe Schneider fait un nouveau legs de 409 livres et Gustave Olivier 213.

En 1903, elle posséde 3462 ouvrages.
Le prêt est alors gratuit pour tous et l’établissement ouvert les mardis, jeudis et samedis de 20h à 21h30. On peut emprunter au maximum deux volumes durant quinze jours. Pour cela, il faut avoir plus de 18 ans ou alors avoir l’autorisation de ses parents et être muni de son livret de prêt.

En 1931, la bibliothèque compte 7 000 documents.
En 1948, la bibliothèque déménage avenue Jean Jaurès. Avec l’aménagement de la Cité de la Plaine, la commune envisage la création d’une bibliothèque dans le Haut Clamart. Petit à petit, le quartier va être desservi par de multiples équipements culturels.


En 1965, La Joie par les Livres, bibliothèque pour enfants conçue comme un théâtre rond, s’installe dans la Cité de la Plaine, rue de Champagne.


La bibliothèque du Jardin Parisien ouvre ses portes dans les années 1970, permettant à la population de ce quartier de disposer d’un équipement culturel.

 
En 1972, est créée la bibliothèque de la Garenne permettant ainsi à l’ensemble du Petit Clamart d’être couvert par un réseau de lecture publique. Deux préfabriqués sont installés rue d’Auvergne. L'un servait à l’équipement des documents et l’autre aux services de prêt. Les deux équipements seront détruits par la foudre au début des années 1980.


En 1979, la bibliothèque de la rue Jean Jaurès déménage au deuxième étage du centre administratif juste à côté de la Mairie et une discothèque se met en place au cinquième étage.


En 1982, la bibliothèque de la Fourche est créée et trois ans plus tard, c’est au tour de celle de la Plaine.
S’ajoute à ces équipements, un bibliobus qui circule dans les lieux isolés de la commune à partir de 1972 et jusqu’en 1996.

Dans le début des années 1990, des BCD (Bibliothèque Centre Documentaire) sont mises en place dans les écoles éloignées des bibliothèques.

 
En 1997, le Conservatoire de la ville de Clamart emménage dans un bâtiment neuf près du stade Hunnebelle et accueille la discothèque.

 

Ce réseau va perdurer jusqu’en 2004, au moment où un projet de médiathèques est envisagé, proposant au prêt plusieurs supports (livres, CD, DVD...).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


La médiathèque La Buanderie-Anne Capezzuoli dans le bas de Clamart a ouvert en mai 2006. Elle a été aménagée à l’intérieur de l’ancienne buanderie Ferrari construite en 1888 par Prosper Bobin grâce aux dons de Marie de Brignole Sales, marquise de Ferrari et duchesse de Galliera, afin d’entretenir le linge des 1000 pensionnaires de l’Hospice Ferrari de Clamart et de l’Orphelinat Saint-Philippe de Meudon. Les travaux commencent en 1878. 


La buanderie a bénéficié de technologies innovantes pour l’époque, tant sur le plan architectural (béton armé, métallurgie…) que sur les outils utilisés pour son activité (machine à vapeur d’une force de 10 chevaux, presse à percussion en fonte, fourneau de repasserie…). Les tâches étaient réparties tout au long de la semaine : lundi, mardi et mercredi pour le triage et le lavage, jeudi et vendredi pour le repassage et le pliage. Il faut imaginer la buanderie sans le rez-de-chaussée actuel. Au rez-de-chaussée se déroulait le dépôt et le tri du linge à blanchir dans l’entresol, les salles de repassages et de pliages se situaient au 1er étage. Les chariots de linge montaient ensuite aux 2e et 3e étages à l’aide d’un monte-charge où se trouvaient les séchoirs naturels à air froid dits aussi « champs d'étendage couverts ». Sur toute la surface de ces deux étages courent des tringles fixes en fer pour étendre le linge. A l’heure actuelle, l’emplacement du monte-charge est encore visible entre le 2ème et le 3ème étage.


Ce bâtiment délaissé dans les années 1960 a récemment été inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques ; c’est l’un des seuls bâtiments industriels de ce type qui subsiste en région parisienne.


 Le Cabinet Patrick Mauger a été chargé de réhabiliter cet établissement en respectant son architecture tout en aménageant un intérieur contemporain répondant au mieux aux exigences de sa nouvelle destination. La médiathèque compte 1820 m² sur 6 niveaux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


La médiathèque François Mitterrand a quant à elle ouvert ses portes en mars 2007 afin d’apporter aux Clamartois résidant sur le haut de la commune des services et offres identiques à ceux proposés au centre- ville par la médiathèque La Buanderie-Anne Capezzuoli.


Le bâtiment occupe 4080m². Il comprend l’école Anne Frank, la médiathèque de 1960 m² et plusieurs logements.


 La médiathèque est un équipement entièrement novateur avec son architecture moderne et révolutionnaire. Elle a permis de redonner une dynamique à un quartier. 

Elle a été construite dans le cadre d’un grand projet de réhabilitation complète du Petit Clamart. En effet, la médiathèque était la touche finale de la remise en état de la Cité de la Plaine avec une réfection de la place, l’installation d’une mairie annexe, d’une antenne de police, d’un centre socioculturel, de divers commerces et logements sociaux. Ce projet avait pour vocation de redynamiser entièrement un quartier de la ville et notamment de lui donner un véritable espace culturel.


La médiathèque est un immense bâtiment de douze mètres de haut en béton et en verre. Cette création réalisée par le Cabinet Périphériques avec le concours de l’entreprise Bouygues et imaginé par les architectes Martin, Trottin, Paillard et Jumeau est révolutionnaire. En effet, c’est la première fois qu’un bâtiment est construit en béton d’un seul tenant.


Les collections des deux médiathèques sont complémentaires et seuls quelques ouvrages existent en plusieurs exemplaires comme les classiques ou encore les usuels.

 

Les deux bâtiments ainsi que les deux bibliothèques annexes de la Fourche et du Jardin parisien forment le Réseau des médiathèques de Clamart gérant un ensemble d'équipements de lecture publique de manière centralisée.

 

Parallèlement à ces constructions, les bibliothèques de la Plaine, de la Garenne et de la Mairie ferment début 2007 et leurs fonds ainsi que les collections de la discothèque sont répartis dans les différentes structures.

 

 

 

 

 


 

 



Vous pouvez retrouver toutes les informations concernant les médiathèques dans le fonds local mais aussi profiter des visites organisées pendant les journées du patrimoine pour poser plus de questions.

 

Voici une sélection d'ouvrages sur l'histoire de Clamart présentée dans le fonds local.